Chronique « Etre professeur, tout un honneur ! »

Enquête au collège : pour cette chronique, nous avons interviewé différents professeurs pour mieux connaître leur métier. Saviez-vous déjà tout cela ? 

Episode 1 : Prof de français, un parcours sans faute !

Nous avons interviewé Mme WEBER

Il faut avoir un bac général et un CAPES (le Certificat d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement du Second degré). Après le bac, il faudra valider 5 années d’études supérieures par l’obtention d’un Master pour pouvoir passer le concours du CAPES. On peut aussi par une classe prépa après la terminale. Après 2 ans de prépa, on intègre l’université pour passer une licence et enfin un master. Dans tous les cas, il faut au minimum obtenir un master (bac +5). 

Episode 2 : La technologie, un métier très technique !

Nous avons interviewé Mme LALEU

Il faut un bac+3 (pour moi licence AES) avant de rentrer à l’IUFM (Institut Universitaire à la Formation des Maîtres aujourd’hui ESPE) sur une spécialité (technologie pour moi) qui dure 2 ans (1 an de formation + 1 an sur le terrain.) Ensuite on est titularisé et donc on est professeur.

Avantages :

– on est présent pour notre vie de famille

– sécurité de l’emploi pour l’instant (difficile d’être viré)

– horaires en fonction de l’emploi du temps (18h devant les élèves au minimum)

– contact avec les élèves

Inconvénients :

– salaire bas par rapport au nombre d’années d’études

– fatigant intellectuellement et physiquement (il faut de l’énergie pour motiver des élèves)

– dévalorisé et peu apprécié par les autres … on est toujours critiqué

– on ramène du travail à la maison (copies, cours à faire, bulletins à remplir)

– à la première mutation, on peut se retrouver n’importe où en France.

 

Episode 3 : Les mathématiques, un vrai casse-tête !

Nous avons interviewé M. BRIERE.

Les études : il faut faire un bac général, une maîtrise de 4 ans et un CAPES (Certificat d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement Secondaire)

Les inconvénients 

Ce métier a du mal à recruter, les revenus sont à la baisse.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ? 

Parce que j’aime les mathématiques et aussi transmettre mon savoir.

Ce métier est-il dur ? 

Oui, car pour gérer une classe, il faut avoir de l’autorité, être à l’écoute des élèves mais aussi gérer ceux qui bavardent et corriger les copies,

Chloé, Hélène, Marie, 4eA.